Les visites médicales

Le SMIT a pour mission d'assurer le suivi médical des salariés du régime CAFAT pour les entreprises qui ne possèdent pas leur propre service : soit 80 000 salariés employés par 12 000 entreprises qui cotisent au régime accident du travail de la CAFAT. Le principe est d'éviter toute altération de l'état de santé du travailleur du fait ou à l'occasion de son travail.


Les différents types de visites médicales

Examens complémentaires

Des examens complémentaires peuvent être effectués par le médecin du travail. Ils viseront, eux aussi, à déterminer l’aptitude médicale d’un salarié, notamment ceux qui font l’objet d’une surveillance particulière ; ils peuvent également viser à dépister une maladie dangereuse pour l’entourage ou une maladie professionnelle.

Certaines particularités et/ou risques professionnels donnent ainsi lieu à des examens systématiques.


Exemple

Salariés exposés au bruit :

Visite annuelle, audiogramme à l’embauche et tous les 2 ans

Salariés exposés aux poussières de bois :

Visite annuelle, explorations fonctionnelles respiratoires (EFR) tous les 2 ans

Salariés exposés au plomb :

Visite tous les 2 ans, bilan sanguin (NFS, Plombémie, PPZ)

Salariés exposés aux rayonnements ionisants :

Visite tous les 2 ans et résultats des dosifilms : NFS plaquettes.

Salariés « conducteurs de PL ou engins » :

Possibilité de tests via l’appareil Ergovision qui permet d'effectuer un test de vue afin de vérifier l'aptitude à la conduite (notamment acuité vision intermédiaire, acuité binoculaire, vision de loin, fatigue visuelle, phories, fusion, stéréoscopie, acuité cinétique, vision périphérique, couleurs, contraste variable, vision mésopique, éblouissement-temps de récupération…)

Salariés effectuant un travail sur écran :

Possibilité de tests via l’appareil Visiotest, conçu pour explorer rapidement les principaux paramètres de la fonction visuelle, en vision de près et de loin.


En pratique

La visite médicale permet de déterminer si le salarié est médicalement apte au poste de travail auquel il est affecté et de proposer, éventuellement, des adaptations du poste ou l’affectation à d’autres postes. Cette visite permet aussi de rechercher si le salarié n’est pas atteint d’une affection dangereuse pour les autres travailleurs.